Respect des pauvres, rapport Logement / Salaire.

Le Décret n° 2018-1335 du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d'emploi montre une méconnaissance du fonctionnement de la société. Et les discours anti-pauvres tendant à faire croire qu’ils seraient une charge pour la société sont scandaleux : il est urgent que le PS se démarque de tels discours et affirme un vrai respect des « Pauvres ». Un économiste, enseignant dans un lycée de la région parisienne, propose de re-donner au terme « pauvre » son sens vrai : personne qui n’a pas de choix de vie, ni les moyens d’avoir ces choix, financiers, éducatifs… un terme à définir pour tout vrai débat. Le PS doit entrer dans le débat avec un respect réel des pauvres, pour pouvoir chercher les solutions efficaces pour combattre la pauvreté. Je propose donc : - La lecture d’un ouvrage publié à l’Harmattan : « Merci les Pauvres ! » qui donne des références sérieuses de grands économistes et approfondit les blocages. - De faire d’urgence un amendement au décret sus-cité tenant compte qu’un emploi qui ne permet pas de se loger est une fausse proposition que l’on a le droit de refuser sans pénalisation. Cet amendement pourrait s’exprimer ainsi : Travail, logement et plan de pauvreté : Que chaque offre d’emploi soit assortie d‘une offre de logement laissant un « Reste à Vivre (1)» minimum. Donc logement de niveau de prix acceptable ( 25% du revenu proposé pourrait être une norme) comprenant bien sûr les frais liés à l’offre d’emploi, déménagement, frais de mobilité… La Loi ELAN et les mesures financières contre le logement social seront donc combattues avec la plus grande vigueur (voir Le Monde du 6 février). 1) formule de la Fondation Abbé Pierre, utilisée dans mon CCAS pour la distribution des aides

Partager cette idée

Montrer 1 réaction

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Paul Latreille
    a publié cette page sur Pauvreté 2019-02-10 18:28:33 +0100