Contribution de 3 sections niçoises

Contribution malheureusement très écourtée pour tenir dans 300 mots Lutter contre la reproduction de la pauvreté. Cet objectif de long terme doit reposer sur l’éducation, une école d’égalité des chances qui suppose une baisse des effectifs par classe et donc à un fort renforcement de l’encadrement scolaire. Parmi les personnes pauvres 33% n’ont aucun diplôme. 1 700 000 enfants vivent dans des familles dont le niveau de vie est inférieur au seuil de pauvreté, c’est d’abord pour eux que l’ascenseur social doit retrouver un sens. Avant même l’école obligatoire à 3 ans une offre de crèche augmentée au niveau de la demande permettrait de lutter contre les inégalités de langage dès la petite enfance. Mettre un terme à la bureaucratie sociale. Un système automatique d’accès aux droits tous regroupés avec un guichet unique et une administration proactive sur l’information d’accès aux droits. Mettre fin à la politique de la défiance en distribuant l’aide sociale a priori par un simple engagement sur l’honneur, sans paperasserie, les contrôles sont réalisés a posteriori notamment grâce à la possibilité de croisement des données fiscales. Un logement décent pour tous En relançant les budgets de l’habitat social et en durcissant les conditions pour les communes récalcitrantes. L’effort public pour le logement était de 2% du PIB en 2010 et seulement 1,69% en 2018. Il faut l’augmenter de manière importante jusqu’à résolution de la crise du mal logement. La règle de la mixité sociale obligeant la fourniture de logements sociaux dans tout programme immobilier peut être complété par l’obligation pour ces programmes de fournir un ou des logements d’accueil d’urgence, suivant leur taille. Sécuriser la vie professionnelle En luttant économiquement contre les CDD, les temps partiels, l’uberisation. En donnant de nouveaux droits aux organisations syndicales dans les secteurs prospérant sur la précarité. Renforcer les possibilités du CPA, compte personnel d’activité. La misère est d’abord le résultat de l’absence de revenus du travail, il faut peut-être mieux partager le travail pour faire reculer le chômage. Mettre fin à l’inégalité de traitement des femmes Les femmes sont les premières victimes de la pauvreté par l’inégalité salariale, l’inégalité des conditions d’emploi, l’inégalité des charges familiales (ex ; les familles monoparentales, 25% des personnes pauvres vivent dans une famille monoparentale où la cheffe de famille est quasiment toujours une femme). Il faut faciliter et stabiliser le financement des associations qui s’occupent des femmes. Agir pour une réduction des inégalités de revenus et de niveaux de vie Changer le mode de calcul de réévaluation annuelle des minimas sociaux, chaque année les minimas sociaux et le smic sont revalorisés d’un taux supérieur à l’évolution du salaire moyen des salariés en CDI (et non du salaire médian qui ne voit pas l’envolée des plus hautes rémunérations).

Partager cette idée

Montrer 2 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Hervé S.
    a suivi cette page 2019-06-03 22:31:58 +0200
  • christian garnier
    a publié cette page sur Pauvreté 2019-05-29 16:46:40 +0200