Répartition des richesses

Afin de réduire les écarts de salaires (de plus en plus grands) entre les hauts salaires (hors patrons) et les bas salaires, pourquoi ne pas calculer la hausse de la masse salariale de l'entreprise et diviser cette valeur par le nombre d'employés: ce qui donnerait un même nombre d'euros pour tous (techniciens et smicards). Car quelqu'un qui a 4000 euros de salaire avec 1% obtient une augmentation de 40 euros et le smicard à 1500 euros, lui n'en reçoit que 15 euros ...

Partager cette idée

Montrer 10 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Olivier Valongo
    a fait un commentaire 2019-02-12 21:45:41 +0100
    La répartition des richesses est une utopie qui dans le monde actuel est impossible. Dans l’entreprise il faudrait plus de formation professionnelle véritable et pas des stages de 1 ou 2 journées par an avec de véritables incitations fiscales pour que les bas salaires puissent rejoindre petit à petit les plus hauts. Pourquoi ne pas donner un crédit d’impôt formation, qui existe déjà pour les dirigeants, aux salariés qui suivent des formations soit diplômantes, soit leur permettent de suivre l’évolution technologique.
  • jean-pierre netter
    a fait un commentaire 2019-02-12 10:02:44 +0100
    il faut aller plus loin et prévoir une réduction des écarts de salaires au niveau national en plafonnant les hauts salaires (cf. les 13 millions d’€ de carlos ghosn).
    Par ailleurs, le seuil de pauvreté étant fixé à 1026 € /mois, l’exemple cité par jacques corre me parait hors champ.
  • Gerard G.
    a fait un commentaire 2019-02-11 14:08:02 +0100
    Avec le retour de l’ISF, il faudra chiffrer exactement ses retombées et les actions sociales qui seront financées avec.
    Il faudra être dans le concret !
  • Gerard G.
    a fait un commentaire 2019-02-11 11:58:28 +0100
    La remise en place de l’ISF sera une action symbolique forte.
  • pierre Gil
    a fait un commentaire 2019-02-11 11:15:13 +0100
    le PS au pouvoir 20ans depuis 1981; qu’avons nous fait en matiere fiscale : des mesurettes
    Pas de limitation des revenus MAIS nous avons un magnifique outil qui s’appelle IRPP de 0% à 45%
    donc creation des tranches IRPP : 55%> 200K€; 65%> 300K€; 75%> 500K€ .
    Flat Tax à reintegrer dans l’IRPP.
    TVA maintien de 2.1%, 5.5%, 10% et baisse de 20 à 15%.
    IS : maintien de 15%; taux 38 et 33% baisser à 30% mais suppression CICE et CIR.
    DMTG : ajouter des tranches : 60%>5M€; 70%>10M€; 80%> 20M€; 90%> 50M€
    Suppression des 457 niches fiscales (100Mds€/an) et des 200 niches sociales (52Mds€/an)
  • pierre Gil
    a marqué ceci D'accord 2019-02-11 11:15:12 +0100
  • Gerard G.
    a fait un commentaire 2019-02-10 21:07:30 +0100
    Les règles ne peuvent être définies qu’au niveau européen, afin d’éviter les déséquilibres, les optimiseurs de tout poil …
  • Daniel Beauchêne
    a fait un commentaire 2019-02-10 10:21:36 +0100
    De cette manière, on fige les écarts, mais on ne les réduit pas ! C’est déjà un progrès par rapport à la situation actuelle. Toutefois, il me semble qu’il faudrait aller plus loin en plafonnant clairement les salaires et revenus divers (avantages en nature, stocks options, retraites chapeau, etc). Est-ce possible dans le contexte européen actuel ? En tout cas, il faut le proposer, il n’est pas normal que la hausse moyenne des salaires soient d’un peu plus de 1% et que celle des dirigeants soit de 14%
  • Daniel Beauchêne
    a marqué ceci D'accord 2019-02-10 10:21:34 +0100
  • Jacques Corre
    a publié cette page sur Pauvreté 2019-02-09 16:46:44 +0100