associer des pauvres à des chantiers encadrés d'habitat autonome

L'atout négligé de la France est sa faible densité. Pour moins que le prix moyen d'un terrain dit à construire (76000€), on peut construire de l'habitat 100% autonome, non connecté aux réseaux eau assainissement, énergie, cela avec des techniques simples existantes, bien maitrisées par les pro (conception en RT2012 et mieux, matériaux locaux et biosourcés, appareils performants, PV et/ou petit éolien, poêle ou chaudière à granulés de bois. Le terrain sera banal, non raccordé (sauf par chemin empierré, au prix banal (600€/1000m2);le PLUI devra prévoir ce type de zonage pour habitat social non raccordé, autonome. Associons à de tels chantiers des pauvres dûment encadrés par des pro et formateurs; ils recevront des parts de la SCI créée en contrepartie de leur travail. La question de la mobilité vers les réseaux classiques est facilement traitée avec des vélos à assistance électrique. Ce n'est pas utopique mais une réelle opportunité sur la moitié de la France pas trop froide et ensoleillée.

Partager cette idée

Montrer 8 réactions

Quel est votre avis sur cette idée ?
  • Pierre Smadja
    a fait un commentaire 2019-06-08 14:36:32 +0200
    Effectivement, le développement d’habitat autonome énergétiquement à bas coût est une solution à développer ; cela combine, le besoin de logement pour les plus pauvres et une volonté lié à la transition écologique.
    Une idée à creuser
  • Pierre Smadja
    a marqué ceci D'accord 2019-06-08 14:36:31 +0200
  • Paul Latrille
    a suivi cette page 2019-02-10 17:03:31 +0100
  • Bernard Cornut
    a fait un commentaire 2019-02-10 11:42:08 +0100
    Objection biaisée non constructive, à courte vue; pendant le chantier ces pauvres seront entourés de pros, et après chantier ne seront pas obligés de rester, pouvant vendre leurs parts pour aller où ils préféreront Lisez L’Utopie foncière d’Edgard Pisani (vers 1977) pour réaliser que le pouvoir politique (de polis, ville), c’est encore trop le pouvoir d’étendre l’urbain au dépens du rural proche et de faire empocher la plus-value foncière et immobilière réalisée par les copains, coquins et cousins au courant dès l’intention. Remplacer le “permis de construire” des élus par un “droit à construire en respectant l’environnement et les voisins”, c’est une chance pour la France et ses emplois, vu la maturité des technologies de sobriété en bâtiment et mobilité. Pisani avait inséré la récupération de ces plus-values dues aux investissements des collectivités locales ou de l’Etat comme une des 101 ou plus propositions de Mitterrand en 1981, mais une fois élu ce président y a renoncé…. Je peux supprimer le mot social, car c’est la caractère “autonome” qui est essentiel.
  • Daniel Beauchêne
    a fait un commentaire 2019-02-10 10:35:48 +0100
    Attention, on créée des ghettos avec cette méthode ? On vit avec la pauvreté sans chercher à la supprimer, ce n’est pas une bonne idée !
  • Daniel Beauchêne
    a marqué ceci Pas d'accord 2019-02-10 10:35:47 +0100
  • Daniel Beauchêne
    a suivi cette page 2019-02-10 10:34:34 +0100
  • Bernard Cornut
    a publié cette page sur Pauvreté 2019-02-09 17:45:13 +0100